Agatha Raisin enquête, La quiche fatale de MC Beaton

J’ai lu le roman Agatha Raisin : La quiche fatale de MC Beaton aux éditions Albin Michel.

MC Beaton est une auteure britannique née en 1936.

L’oeuvre

La quiche fatale dont le titre original est The quiche of the death est publié en 1992 puis traduit et publié en France en 2016 aux éditions Albin Michel.

Ce roman est le premier de la série qui en comporte vingt-cinq (seulement neuf à ce jour sont publiés en français).

L’histoire

Agatha Raisin, londonienne carriériste, décide sur un coup de tête de prendre sa retraite et de partir vivre dans la campagne anglaise. Bien mal lui en a pris !

Alors qu’elle s’ennuie ferme dans sa nouvelle vie et regrette amèrement Londres, Agatha participe à un concours de la meilleure quiche… fatale ?

Ce que j’en ai pensé

Ma mam m’a conseillée de lire cette série drôle, distrayante et vivante. C’est donc avec beaucoup d’attentes que j’ai commencé ce roman à la couverture so british et so cute.

J’ai découvert le personnage, l’héroïne du roman, j’ai nommé Agatha Raisin. Allure rondouillarde, cinquantenaire, fraîchement retraitée, commerciale hors pair. Elle a quitté Londres sur un coup de tête pour assouvir son fantasme d’actif, partir vivre à la campagne une retraite bien méritée.

Après avoir campé le personnage d’Agatha Raisin, le roman ressemble à une enquête à la Agatha Christie et la charmante mais non moins impitoyable, Jane Marple et la truculante et moderne Jessica Fletcher d’Arabesque.

J’ai souri, j’ai ri, je me suis aussi parfois agacée contre notre Agatha qui tergiverse un peu trop à mon goût durant ce tome.

J’ai terminé ce roman, le regard joyeux et l’esprit léger. C’est avec grand plaisir que dorénavant je lirai la suite des aventures sympathiques de notre nouvelle héroïne anglaise.

Et une bouteille de champagne, décréta Mr. Boggle.

Je ne suis pas Crésus ! protesta Agatha avec véhémence.

Le champagne, c’est bon pour mes rhumatismes, chevrota Mrs. Boggle. C’est pas tous les jours qu’on s’fait plaisir, alors si vous comptez tous vos sous qu’vous dépensez…

Agatha baissa les bras. Peut-être que s’ils étaient cuits, ils dormiraient sur le trajet du retour.

Certains passages du roman sont tordants. Outre l’écriture, le ton, les personnages donnent un vrai cachet à l’histoire.

Agatha est tout sauf facile, poli, standardisé. C’est un personnage haut en couleur, tellement authentique et finalement attachante auprès des lecteurs.

Les éditions Albin Michel ont eu la bonne idée il était temps d’éditer ces romans!

Et vous, avez-vous succombé au charme d’Agatha Raisin ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *