Beaux rivages de Nina Bouraoui

J’ai lu récemment le roman Beaux rivages de Nina Bouraoui aux éditions JC Lattès.

Nina Bouraoui est une auteure française née en 1967.

beaux-rivages

L’oeuvre

Beaux rivages fait partie des romans de la rentrée littéraire 2016 publié en août 2016 aux éditions JC Lattès.

L’histoire

A. quadragénaire parisienne est amoureuse d’Adrian, suisse qui vit à Zurich. Ils sont en couple depuis huit ans, fruit d’une passion durable et épanouissante.

Un jour, A. reçoit un texto d’Adrian « Je ne viendrai pas vendredi. J’ai besoin de liberté ».

Ce que j’en ai pensé

On en parle de ce texto ?! Quelle honte ! Comment après huit ans d’amour peut-on envoyer un texto à sa femme pour annuler le week-end sans plus d’explications ? Lâcheté ? Cruauté ? Amnésie ?

J’ai tout d’abord été emballée par le sujet du livre : que ressent-on après s’être fait plaquer ? Comme cela est écrit sur la quatrième, nous sommes tous égaux face à un grand chagrin d’amour. C’est évidemment un sujet qui me parle pour une raison simple. J’ai vécu cette situation il y plusieurs années et j’étais curieuse de lire cette histoire.

L’auteure raconte par le menu toutes les phases par lesquelles on passe après une séparation douloureuse, ce sont les mêmes phases que le deuil (choc, déni, colère, dépression, acceptation et reconstruction).

Les deux personnages principaux du roman nommés, A. pour la femme plaquée et Adrian, l’homme qui quitte A. vivent une relation à distance. Entre Zurich et Paris, ils ont l’air d’avoir trouvé un équilibre, une liberté qui les maintient amoureux comme au premier jour.

Personnellement je comprends ce mode de relation « moderne » mais les amoureux n’acceptent finalement aucun compromis. Chacun sait que vivre ensemble c’est compliqué et qu’il faut concilier amour et routine du quotidien.

Ces deux-là on décidé de vivre chacun de leurs côtés et de ne se voir que pour le plaisir. Ce mode de vie n’est possible qu’à certaines conditions dont avoir une situation financière confortable. Les protagonistes ont un côté bourgeois bohème qui à mes yeux les a rendus agaçants et nombrilistes. Je ne me suis aucunement attachée aux personnages.

Ce qui m’a plu dans ce roman c’est L’autre. La femme rencontrée par Adrian qui par l’intermédiaire de son blog, communique avec A. Elle lui jette à la figure ses états d’âme. Le pouvoir que cette femme a sur la narratrice a été insoutenable pour moi. N’a-t-elle pas assez souffert ? Faut-il en plus que cette garce lui étale devant les yeux son bonheur et l’insulte comme elle le fait ?

J’ai pu m’imaginer (plus qu’imaginer) l’attraction que l’autre à sur A. Pourquoi elle ? Qu’a-t-elle de plus que moi ? Comment est-elle ? Des dizaines de questions pour comprendre l’incompréhensible. C’est cet aspect-ci du personnage que j’ai trouvé le plus réel.

Chacun sait que les réseaux sociaux sont une vitrine de notre vie et parfois de notre intimité. Qui n’est pas tombé dans le piège si tentant d’espionner les autres par l’intermédiaire de ces réseaux ? Malgré notre côté masochiste il faut avouer que ce n’est vraiment pas une bonne idée !

Beaux rivages est un roman ni plaisant ni décevant. J’ai voulu le lire et peut-être au fond comprendre quelque chose. Au final, j’ai acquis une certitude. On ne ressort pas indemne de nos relations amoureuses et croire que l’on en guérit totalement, c’est pure chimère.

Avez-vous lu ce roman ? Partagez votre avis !

2 pensées sur “Beaux rivages de Nina Bouraoui”

  1. J’ai toujours un soucis avec Nina Bourraoui dont les écrits, aussi beaux soient-ils sur la forme, sont juste très bobos et nombrilistes… Je n’accroche jamais et je vais aussi éviter celui-ci qui ne semble pas déroger à la règle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *