Confidences à Allah de Saphia Azzeddine

J’ai lu le week-end dernier le roman Confidences à Allah de Saphia Azzeddine aux éditions Léo Scheer.

Saphia Azzeddine est une auteure franco-marocaine née en 1979.

article

L’oeuvre

Confidences à Allah est le premier roman de Saphia Azzeddine. Il est paru en 2008 aux éditions Léo Scheer.

L’histoire

Jbara, jeune fille marocaine, raconte. Elle raconte à Allah ses choix et leurs conséquences sur sa vie et sur ses pensées.

Ce que j’en ai pensé

J’ai lu ce roman en quelques heures. C’est un roman court (145 pages) qui se lit tout seul grâce à la plume de l’auteure. Au bout de trois lignes, j’ai été happée par l’histoire de Jbara.

La plume de Saphia Azzeddine est sans fioriture. Le vocabulaire est grossier, les mots sont tranchants et peuvent choquer à certains moments. Cela offre une intimité avec le lecteur. Le narrateur, Jbara parle à Dieu. Elle sait que Dieu est omniscient donc à quoi bon arrondir les angles et embellir la vérité ? Jbara souhaite se confier et donc elle énonce les faits, tout simplement.

Comme Sidi ne peut pas baiser ses copines de bonne famille, il me baise moi.

Il ne peut que les enculer, comme ça elles restent vierges pour le plus beau jour de leur vie.

Est-ce que j’aurai un plus beau jour de ma vie, moi ?

Le lecteur est plongé très rapidement dans la vie de cette jeune femme. Jbara n’a rien. Elle veut tout ce qu’il est possible d’avoir. Elle fait en sorte que cela arrive. CQFD.

L’auteure ne joue pas sur la corde sensible, au contraire. La narration est hyper réaliste, sans mélo ni compassion. Elle ne cherche pas à attendrir ni à émouvoir le lecteur. La force de la narration est dans sa finalité qui est de se confier à Dieu.

Tu sais bien que je ne l’ai pas fait par plaisir. Toi Tu lis dans mon cœur alors Tu sais tout.

C’est de l’alimentaire comme ont dit. Pardon, Allah de Te parler aussi crûment mais comme Tu entends tout ce qu’on pense au plus profond de nous, ce n’est pas un ou deux mots déplacés qui vont T’offusquer, n’est-ce pas ?

Le roman narre une vie absurde, faite d’absurdités, dans le but d’atteindre une meilleure condition de vie. Mais peut-on blâmer ou juger cette absurdité ? Je ne pense pas. Jbara n’a d’atout que sa beauté éphémère et son corps et elle s’en sert. Là encore, rien de nouveau sous le soleil. C’est la très triste vérité pour beaucoup de femmes.

De Jbara elle deviendra Shéhérazade et finira Khadija. Au final ce sera toujours la même, une femme qui doit lutter non pas pour vivre mais pour exister.

Le bien et le mal n’existent pas. Tu es bien trop subtil pour ça.

Allah, Tu n’es que nuances et c’est pour ça que je T’aime.

J’ai énormément aimé ce livre fascinant et choquant. J’en redemande. D’ailleurs, j’ai prévu de lire d’autres romans de cette auteure.

Avez-vous lu ce roman ? Qu’en avez-vous pensé ?

8 réflexions sur « Confidences à Allah de Saphia Azzeddine »

  1. Je ne connais pas ce roman, mais j’ai lu Biqiss de la même auteure et j’ai adoré ! (d’ailleurs, je l’ai conseillé, offert autour de moi et tout le monde l’a vraiment aimé). J’ai retrouvé ce que tu dis de ce roman (la crudité des mots par exemple) de même que le thème de la religion, même s’il semble être traité de manière très différente. Merci de m’avoir fait découvrir celui-ci !

    1. En fait c’est toi qui m’a fait connaître l’auteure ! Tu m’avais conseillée de lire Bilqiss lors de mon tag Liebster Award 🙂
      Donc merci à toi car j’ai beaucoup accroché avec la plume de Saphia Azzeddine !
      J’aime lire les bouquins dans l’ordre d’apparition quand je peux, d’où mon choix de lire Confidences avec Allah avant Bilqiss 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *