La fille du train de Paula Hawkins

La semaine passée j’ai lu La fille du train de Paula Hawkins aux éditions Sonatine.

Paula Hawkins est une auteure britannique née en 1972.

img_20161118_093050

L’oeuvre

Le roman La fille du train est publié en 2015 sous le titre original The girl on the train. Quelques mois plus tard, il est traduit et publié en France aux éditions Sonatine.

L’histoire

Rachel prend le train tous les jours pour se rendre au travail. Sur ce trajet, le train s’arrête devant la même maison quelques minutes. Cela lui laisse le temps d’apercevoir régulièrement ses habitants, un homme et une femme. Ce couple, elle en a rêvé à tel point qu’elle a donné un prénom à ces inconnus. Pour elle, ils sont Jason et Jess.

Un jour, elle voit Jess sur sa terrasse qui embrasse un autre homme. Bouleversée, Rachel décide d’en savoir plus sur ce couple. Elle découvre quelques jours plus tard que Jess a disparu.

Ce que j’en ai pensé

Tantôt c’est Rachel la narratrice, tantôt ce sont d’autres personnages. La date du jour de la narration est annotée à chaque début de chapitre. Parfois elle est antérieure ou postérieure à celle d’avant. Cela apporte un dynamisme à la lecture et permet d’entrevoir la psychologie des narrateurs.

J’ai été happée par l’ambiance assez sombre et le quotidien monotone de Rachel. Il s’agit du quotidien de milliers de personnes à travers le monde. Prendre son train de banlieue, se rendre à son travail, manger sur le pouce, et reprendre son train pour retourner chez soi. Le fameux concept « métro, boulot, dodo » qui ne fait pas rêver, on est d’accord.

J’ai compris le personnage de Rachel et son besoin de tuer le temps, de regarder, d’observer les gens, de fantasmer sur la vie des autres et rêver d’une vie meilleure et plus gaie.

Le personnage de Rachel m’a beaucoup touchée. L’auteur a réussi à intégrer des éléments dont on ne parle que trop rarement, l’alcoolisme féminin. Une dépression, un divorce, la perte d’un travail et de ses repères. Lorsque l’alcool devient une béquille et un ami alors les ennuis commencent et l’on parle de dépendance psychique et physique.

Je ne peux pas dire que mes problèmes d’alcool ne viennent que de tout cela. (…) C’est ma faute. Je buvais déjà, de toute façon, j’ai toujours aimé boire.

Mais je suis devenue plus triste, et la tristesse, au bout d’un moment, c’est ennuyeux (…). Puis je suis passée de quelqu’un qui aime boire à alcoolique, et il n’y a rien de plus ennuyeux que ça.

L’auteur a su retranscrire beaucoup d’émotions à travers les différents personnages notamment sur l’adultère, l’envie d’enfant et la dépression.

L’intrigue est bien amenée. Elle m’a tenue en haleine quasiment tout le temps de la lecture. Ce n’est que vers la toute fin que j’ai deviné ce qui s’était probablement passé.

J’ai aimé ce roman que j’ai lu avec beaucoup d’entrain. Je recommande sa lecture. La fille du train est un thriller psychologique qui vaut le détour.

Avez-vous lu ce roman ? Etes-vous de ceux qui ont aimé ?

5 pensées sur “La fille du train de Paula Hawkins”

  1. Roman que j’ai aimé moins que ce à quoi je m’attendais… Peut-être qu’on en a beaucoup parlé et que la barre était placée bien haute… Quoi qu’il en soit, je regarderai son adaptation, peut-être que l’ambiance sera mieux restituée.

    1. Oui je comprends mais ne partage pas le même avis. C’est vrai que parfois la surmédiatisation déçoit finalement à la lecture du livre. Pour ma part, je n’ai pas ressenti ça. J’ai réellement beaucoup aimé ce roman.
      Son adaptation ne me tente pas du tout, un jour peut-être si l’occasion se présente !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *