La mémoire de Babel de Christelle Dabos

J’ai lu le roman La mémoire de Babel de Christelle Dabos aux éditions Gallimard Jeunesse.

Christelle Dabos est une auteure française née en 1980.

L’oeuvre

La mémoire de Babel est le troisème tome de la saga La passe-miroir. Il fait suite au roman Les disparus du Clairdelune.

Le roman est paru aux éditions Gallimard Jeunesse en 2017.

L’histoire [spoiler]

Ophélie est de nouveau sur son arche, Anima. Cela fait trois ans que Thorn a disparu.

Ophélie est bien décidé à le retrouver quoi qu’il puisse lui en coûter. Elle décide alors de se rendre sur l’arche de Babel.

Ce que j’en ai pensé [spoiler]

J’ai commencé ce troisième tome avec entrain mais aussi avec une petite appréhension.

En effet, autant j’ai apprécié grandement le tome deux, Les disparus du Clairdelune autant le premier tome, Les fiancés de l’hiver avait été une déception face à l’engouement unanime de la communauté des lecteurs.

J’ai donc lu avec attention, histoire de ne pas me perdre dans cet univers si vaste et si éclectique. J’ai accroché durant le premier tiers du roman puis un peu moins vers la moitié et enfin plus du tout au trois quart.

Que cet univers est complexe et sibyllin ! J’ai été complètement larguée avec l’Autre et toutes les histoires liées à la Déchirure.

Je dois avouer qu’en tant que romantique, la seule partie de l’histoire qui m’intéresse réellement, c’est celle entre Ophélie et Thorn. Or dans ce tome, les deux tourtereaux ne sont quasiment jamais ensemble ou de manière furtive. J’ai donc été déçue et un peu lasse je dois dire.

Est-ce que je lirai la suite ? Telle est la question que je me pose. De toute façon l’auteure n’est pas prête à sortir le quatrième opus, j’ai donc le temps d’y réfléchir!

Je trouve cette saga compliquée principalement à cause de la multitude d’arches, de secrets, de méandres nébuleux qui ne sont là que pour me perdre. A priori une fois de plus, et c’est tant mieux, une multitude de lecteurs ont adoré ce tome, je prends donc une part de responsabilité avec toute proportion gardée dans cette déception.

Je reconnais la richesse de l’univers décrit par l’auteure mais les relations parfois étranges qu’elles tissent entre les personnages, qui sont d’ailleurs peu creusés, me dérangent.

Pourtant j’aurai aimé l’apprécier et prendre plaisir à le lire. C’est donc avec beaucoup de regrets que je dois dire que trop c’est trop me concernant.

Observe sans juger.

Obéis sans discuter.

Apprends sans prendre position.

Intéresse-toi sans t’attacher.

Remplis ton devoir sans rien attendre en retour.

C’est la seule façon de ne pas souffrir, conclut-elle en raturant un bloc d’instructions. Moins on souffre, plus on est efficace. Plus on est efficace, mieux on sert la cité.

Le personnage d’Elisabeth est intéressant car il est à l’opposé de celui d’Ophélie.

Ophélie, quant à elle, est toujours aussi courageuse, téméraire et généreuse. Pourtant elle en bave dans ce tome, encore plus qu’auparavant.

Thorn est fidèle à lui-même mais encore plus renfermé que dans les autres tomes. C’est assez déconcertant pour le lecteur. On a l’impression de l’avoir cerné et puis on se rend compte que non, finalement.

N’hésitez pas à me laisser un commentaire et donnez votre avis.

2 réflexions sur « La mémoire de Babel de Christelle Dabos »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *