L’élégance du hérisson de Muriel Barbery

l'élégance du hérisson de muriel barbery

J’ai lu la semaine dernière, L’élégance du hérisson de Muriel Barbery aux éditions Gallimard.

Muriel Barbery est une auteure française née en 1969.

l'élégance du hérisson de Muriel Barbery

L’œuvre

L’élégance du hérisson est publié en 2006 aux éditions Gallimard.

Ce roman a été primé à plusieurs reprises. Il a reçu notamment le prix des Libraires en 2007.

L’histoire

Au 7 rue de Grenelle dans le très chic 7ème arrondissement de Paris, vit les deux personnages principaux du roman.

D’une part, Renée, concierge taciturne qui vit au fond de sa loge avec son chat obèse nommé Léon.

D’autre part, Paloma, adolescente mal dans sa peau, intellectuellement précoce qui ne pense qu’au jour où elle va mettre fin à ses jours. Elle a d’ailleurs décidé de la date, ce sera en juin !

La vie de deux protagonistes va être chamboulée par l’arrivée d’un nouvel occupant dans l’immeuble.

Ce que j’en ai pensé

Cela faisait longtemps que je souhaitais découvrir ce roman. La quatrième m’avait beaucoup intriguée. Le fait que l’action se déroule dans les beaux quartiers parisiens avait titillé ma curiosité. J’ai toujours été attirée par ce que je ne connais pas, curieuse comme je suis.

A la lecture de ce roman, j’ai été frappée par le niveau littéraire de l’auteure. Elle utilise un champ lexical très soutenu, limite philosophique. Sincèrement, j’ai parfois souvent eu des incompréhensions de vocabulaire. Parfois, j’ai pris mon dictionnaire, parfois, non la flemme. J’ai également quelques fois sauté quelques pages surtout lors des divagations philosophiques de Renée. Je ne suis pas assez sensibilisée à ce genre de lecture pour apprécier à sa juste valeur le contenu trop intellectuel du roman.

Malgré tout, j’ai beaucoup aimé lire les chapitres narrés par Paloma, cet ado née dans un cocon familial très privilégié. Elle voit derrière les apparences bon chic bon genre, les côtés malsains d’être la fille d’une mère bourrée d’antidépresseurs qui a un gourou comme thérapeute, d’avoir comme sœur, une snobinarde trop égoïste pour s’attarder sur les autres et avoir un père transparent car trop absorbé par ses responsabilités professionnelles.

Renée, quant à elle, m’a beaucoup touchée. Sous ses airs niais car « C’est ce que l’on attend d’une concierge », se cache une femme extrêmement intelligente, assoiffée de culture et de connaissances.

J’ai appris à lire à l’insu de tous. La maîtresse ânonnait encore leurs lettres aux autres enfants que je savais depuis longtemps la solidarité qui tisse les signes écrits, leurs combinaisons infinies et les sons merveilleux qui m’avaient adoubée en ces lieux.

J’ai aimé le parallèle fait entre ce que les habitants de l’immeuble du 7 rue de Grenelle voient ou croient voir et les points de vue des deux protagonistes. L’intelligence, la tolérance et le savoir-vivre ne sont certainement pas l’apanage des gens bien nés et riches.

Finalement, l’émotion qui se dégage du roman ne m’est pas apparue immédiatement. J’ai suivi les pensées de Renée et de Paloma avec intérêt mais en restant extérieure à l’histoire. Puis d’un coup, je suis rentrée dedans et j’ai même versé quelques larmes. Drôle, affligeant parfois, intellectuel et émouvant, ce roman est une belle découverte.

L’histoire contre toute attente m’a surprise et j’ai réellement eu beaucoup de plaisir à le lire.

Avez-vous lu ce roman ? Donnez votre avis !

10 pensées sur “L’élégance du hérisson de Muriel Barbery”

  1. Ah oui! tu confirmes ce que j’ai lu de l’impression générale du roman. Finalement c’est comme s’il était adressé à deux cibles différentes, peut-être pour matérialiser les deux classes sociales mis en avant dans le livre..?
    bisous et merci 🙂

    1. Ah oui peut-être, je n’y avais pas pensé. Une chose est sûre, il faut parfois sortir de sa zone de confort et se faire un peu violence afin de faire de belles découvertes !
      Je ne me rappelais pas que tu l’avais lu !
      Bisous ma sœur <3

  2. J’ai énormément aimé ce roman, que j’ai trouvé original sur le fond et très bien écrit. D’après ce que j’ai entendu/lu à l’époque, soit les lecteurs adorent, soit ils n’aiment pas du tout car ils trouvent que c’est pédant. Je fais partie de la première catégorie 😉 As-tu vu l’adaptation cinématographique ? Je l’avais trouvée plutôt réussie.

    1. Tout à fait d’accord avec toi. L’écriture est très belle et finalement j’ai été surprise par le déroulement de l’action. La quatrième m’avait aiguillée sur un plan plus académique et je m’attendais à autre chose.
      Je n’ai pas vu l’adaptation cinématographique car justement j’attendais de lire le roman avant. Je pense que si l’occasion se présente, je regarderais avec plaisir le film !

  3. J’avais apprécié plus ou moins ce roman, le moins étant en partie dû au style très soutenu. Par contre, je te déconseille vivement La vie des elfes de la même auteur où là ce n’est qu’étalage de beaux mots sans une histoire captivante derrière… je l’ai abandonné après 150 pages d’effort désagréable.

    1. Même si ce roman m’a plu, je n’ai pas l’intention de lire d’autres romans de l’auteure. Je n’ai pas accroché suffisamment pour avoir envie d’aller plus loin !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *