L’équation africaine de Yasmina Khadra

Cet été j’ai lu le roman L’équation africaine de Yasmina Khadra aux éditions de La loupe.

Yasmina Khadra est un auteur algérien né en 1955. Son nom de plume correspond aux deux prénoms de son épouse.

L’œuvre

L’équation africaine est publié en 2011 aux éditions Julliard.

L’histoire

Un médecin allemand, Kurt Krausmann dévasté par le suicide récent de sa femme accepte de partir avec son ami, Hans Makkentroth sur son voilier direction Les Comores dans un but humanitaire.

Au large du golfe d’Aden, le voilier va être pris d’assaut par des pirates somaliens.

Ce que j’en ai pensé

Premièrement il faut savoir que Yasmina Khadra est l’un de mes auteurs préférés. J’ai donc débuté ce roman avec un certain état d’esprit.

Deuxièmement, l’auteur est connu pour sa plume extraordinaire. Yasmina Khadra sait manier les mots et les sublimer.

Yasmina Khadra a cœur d’établir un parallèle entre la vie occidentale et la vie africaine. Le gouffre qui sépare la vie initiale de Kurt et sa séquestration primaire et brutale est très bien décrit. Le sens du mot Vie et du mot Mort n’a définitivement pas la même signification en fonction de l’endroit où l’on vit.

Kurt découvre avec horreur des hommes qui par obligation ou pour survivre ont décidé de se livrer à des exactions envers les étrangers mais aussi envers leurs concitoyens.

Le portrait dressé par Yasmina Khadra est double. Le regard de Kurt est choqué, heurté et blessé. A l’inverse on rencontre un autre personnage, Bruno, un français également prisonnier. Bruno vit et respire l’Afrique. Il a fait de ce continent, son pays, sa terre.

J’ai, pour l’Afrique, une vénération quasi religieuse. J’aime ses hauts et ses bas, ses calvaires inutiles et ses rêves déphasés, ses misères splendides comme des tragédies grecques et sa frugalité qui est toute une doctrine, ses épanchements exagérés et son fatalisme.

Globalement, j’ai trouvé le roman intéressant et j’ai suivi les aventures de Kurt avec intérêt. Je n’ai pas pour autant adhéré à tout notamment à l’histoire d’amour que j’ai trouvé inutile et trop évidente.

J’aimerai lire d’autres romans qui traitent du sujet de la piraterie maritime. Sujet difficile et tordu qui fascine et révulse à la fois.

Avez-vous lu ce lire ? Qu’en avez-vous pensé ?

3 pensées sur “L’équation africaine de Yasmina Khadra”

    1. Lequel as-tu préféré de Khadra ? Moi je dirai Ce que le jour doit à la nuit.
      Ce sujet de la piraterie moderne n’est pas répandu en littérature, certainement à cause de sa complexité et des enjeux économiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *