Les deux premiers mois sous Roaccutane

Dans cet article, je vais expliquer la mise en place de mon traitement Roaccutane et faire un retour sur les deux premiers mois.

Pour savoir comment j’en suis arrivée là, je vous invite à lire cet article qui détaille les raisons de mon choix.

La mise en place du traitement

Les précautions à prendre

J’ai démarré le traitement le 23 octobre 2016. C’est un traitement très surveillé et prescrit qu’à certaines conditions :

  • Ne pas être enceinte ni allaitante,
  • Avoir des taux normaux de lipides dans le sang et des transaminases,
  • Ne pas avoir d’antécédents de dépression ou autres troubles psychologiques et psychiatriques,
  • Ne pas donner son sang pendant toute la durée du traitement et un mois après.

Le dermatologue questionne le patient et lui prescrit une prise de sang avant toute délivrance du médicament. Le pharmacien demande l’accord écrit du dermatologue même si on présente une ordonnance (un livret de suivi est à remettre pour toute délivrance).

La patiente doit faire tous les mois une prise de sang pour vérifier qu’elle n’est pas enceinte et doit se rendre dans les trois jours maximum après les résultats chez le dermatologue.

La molécule d’Isotrétinoïne est tératogène (graves malformations pour l’enfant à naître). Il est donc formellement proscrit d’être enceinte avant, pendant et après plusieurs mois. La femme doit obligatoirement avoir un moyen contraceptif efficace voire deux.

Mon traitement

La dermatologue, après toutes ces vérifications, m’a prescrit Roaccutane pour un mois. En fonction de son poids, le médecin propose un dosage qui est d’environ d’un demi gramme d’isotrétinoïne par kilo à prendre une fois par jour sans oubli et à la même heure.

Ce dosage est relatif et est prescrit en fonction de chaque patient. Le but étant d’avoir ingurgité une quantité suffisante de cette molécule pour éviter les récidives et enrayer l’acné une bonne fois pour toute. Il est conseillé d’avoir pris entre 120 et 150 mg/kg d’isotrétinoïne au total pour éviter toute rechute.

Le traitement dure entre 6 mois et 1 an en fonction du dosage prescrit et du patient. Un patient qui a beaucoup d’effets secondaires gênants aura un dosage plus faible mais devra prendre le traitement plus longtemps.

Je n’ai pas demandé combien de temps je devais prendre ce médicament mais j’imagine environ 8 mois, soit fin juin 2017 (30 mg/ jour soit 900 mg/mois) . L’avenir le dira. Je préfère vivre au jour le jour avec Roaccutane sans faire de plan sur la comète.

Mes effets secondaires

Tout d’abord ma prise de sang témoin (avant le traitement) était normale. La dermatologue m’a donc prescrit un dosage de 30 mg d’isotrétinoïne ce qui est assez fort en comparaison à mon poids (57 kgs) soit un peu plus d’un demi gramme par kilo.

Très vite, mes lèvres se sont desséchées et la partie médiane de mon visage s’est épaissie et asséchée. J’ai appliqué mes soins habituels mais je me suis vite rendue compte qu’il fallait changer de routine de soins. Mon visage devenait rouge subitement avec une sensation d’échauffement désagréable comme si j’avais le visage sous une lampe UV.

Le dessus de mes mains s’est complètement desséché et s’est craquelé jusqu’à devenir eczémateux. Je ne supporte aucune crème, ça pique, ça rougit, ça gonfle légèrement. Seule l’huile végétale apaise un peu.

Au niveau du cuir chevelu j’ai eu les premières semaines de traitement des démangeaisons accompagnées de pellicules. A ce jour, je n’ai plus de démangeaisons mais les pellicules persistent. J’ai remarqué également une chute de cheveux assez importante. J’ai rapidement pris un complément alimentaire pour enrayer ce problème mais pour le moment je ne vois pas d’amélioration probante.

Enfin j’ai eu quelques céphalées latentes et les yeux secs le soir surtout.

Retour sur les deux premiers mois de traitement

Retour sur le premier mois

La prise de sang du premier mois s’est révélé normale ouf ! ce qui signifie que mon organisme supporte relativement bien le traitement pour le moment.

Lors du rendez-vous, la dermatologue m’a questionnée et a observé ma peau. Elle voulait augmenter la dose mais j’ai un chalazion sur la paupière gauche persistant. Elle a donc préféré maintenir le dosage à 30 mg pour le second mois.

Durant tout le mois, j’ai suivi le traitement religieusement et j’ai mis en place une routine pour éviter quelques effets secondaires :

  • Nettoyer le nez et les yeux avec du sérum physiologique pour hydrater et nettoyer les muqueuses.
  • Boire beaucoup beaucoup et encore (eau citronnée, tisane, thé, café) afin d’hydrater mon corps et éviter les douleurs musculaires et articulaires.
  • Appliquer une crème corps tous les jours.
  • Nourrir ses lèvres plusieurs fois par jour.
  • Pour le visage, adopter une routine de soins adaptée à la sécheresse dues à des traitements desséchants.

J’écrirai un article prochainement sur ma nouvelle routine de soins.

Mon acné s’est endormi dès le début du traitement. A part un bouton et deux ou trois tous petits (anecdotiques) je n’ai eu aucune poussée d’acné.

Retour sur le deuxième mois

Je n’ai rien changé à ma routine visage et corps. Je continue à bien m’hydrater en buvant très régulièrement. Les douleurs musculaires et articulaires ne sont pas apparues.

Les démangeaisons du cuir chevelu ne sont qu’un mauvais souvenir grâce à  mon nouveau shampooing. Par contre la chute de cheveux persiste malgré mon complément alimentaire ainsi que les pellicules.

Finalement, ce sont mes mains qui souffrent le plus. Je ne supporte aucune crème qui pourrait les soulager… j’ai hâte de revoir la dermatologue pour lui en parler.

Mon acné est toujours en sommeil, malgré un ou deux boutons qui disparaissent très vite (en quelques heures parfois).

Dans l’ensemble, j’ai l’air de supporter assez bien ce traitement pour le moment mais j’ai hâte qu’il se termine.

Rendez-vous dans quatre mois…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *