Les mots qu’on ne me dit pas de Véronique Poulain

J’ai lu le roman Les mots qu’on ne me dit pas de Véronique Poulain aux éditions Stock.

Véronique Poulain est une auteure française. Elle a été durant plus de quinze ans, l’assistante personnelle de Guy Bedos.

L’oeuvre

Le roman Les mots qu’on ne me dit pas est paru en 2014 aux éditions Stock.

Ce roman est une autobiographie et c’est également le premier roman de l’auteure.

L’histoire

Véronique Poulain raconte son enfance et des anecdotes de sa vie avec ses parents tous deux sourds et muets.

Ce que j’en ai pensé

J’ai beaucoup aimé la plume légère, familière parfois mais toujours juste de l’auteure. L’authenticité n’est pas à démontrer ici. Véronique Poulain n’a pas cherché à enjoliver sa vie ou celle de ses parents. Elle raconte de manière très spontanée et sans manières, les anecdotes drôles, énervantes, blessantes qui ponctuent sa vie entourée de parents sourds et muets.

Sa petite enfance est compliquée auprès de parents pas comme les autres. Elle a vite compris que pleurer ne sert à rien lorsque personne ne nous entend.

Elle raconte très bien l’ennui, la frustration, le désarroi mais aussi les bons moments avec ses cousins, ses grands-parents et ses parents.

Ma vie commence à être intéressante.

Je vais lire. Je ne vais enfin plus m’ennuyer.

Notices, prospectus, journaux, noms sur les boîtes aux lettres, réclames sur les murs de la ville et toute la Bibliothèque rose, la verte, la rouge et or… Je lis tout.

Tout ce qui me tombe sous les yeux.

Je dévore les mots qu’on ne le dit pas.

C’est un très beau roman, un pavé dans la mare dans notre société où être différent est compliqué, invivable parfois.

Les mots qu’on ne me dit pas est un roman très court qui se lit très vite et très bien. J’ai éclaté de rires à plusieurs reprises car sincèrement, qu’est-ce que c’est drôle ! A d’autres moments, l’auteure nous livre une souffrance teintée d’angoisse, mais elle le fait avec pudeur et combativité.

Dans la langue de mes parents, il n’y a pas de métaphores, pas d’articles, pas de conjugaisons, peu d’adverbes, pas de proverbes, maximes, dictions. Pas de jeux de mots. Pas d’implicite. Pas de sous-entendus.

Déjà qu’ils n’entendent pas pas, comment voulez-vous qu’ils sous-entendent ?

Ce roman a grandement inspiré le film La famille Bélier d’Eric Lartigau.

Au final, Véronique Poulain fait là une très belle déclaration d’amour à ses parents, c’est très touchant.

Je recommande cette lecture pour s’ouvrir à ce monde, qui pour ma part m’est totalement inconnu mais aussi pour apprécier la différence si mal perçue dans notre société. Car oui, être différent peut aussi être un atout.

Avez-vous lu ce roman ? Qu’en avez-vous pensé ?

4 pensées sur “Les mots qu’on ne me dit pas de Véronique Poulain”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *