Six mois de traitement anti-acné sous Roaccutane

J’ai commencé fin octobre 2016, un traitement à l’isotrétinoïne plus connu sous l’appellation Roaccutane pour combattre mon acné adulte.

Je reviens aujourd’hui pour vous donner mon retour sur ces six mois écoulés.

Ma routine de soins

Utiliser des produits appropriés est la première chose à mettre en place pour combattre les effets secondaires liés à la sécheresse et à la sensibilité de la peau et des muqueuses. J’ai écrit un article assez complet que vous pouvez retrouver ici.

Je poursuis ma routine de manière assidue même si parfois la flemme prend le dessus notamment concernant l’hydratation du corps. C’est une étape qu’il m’arrive de zapper de temps en temps.

Ce sont mes mains qui sont toujours aussi fragilisées et capricieuses. J’ai parfois des crises d’eczéma qui vont et viennent. Lorsque la crise arrive, aucun soin ne me soulage vraiment. Heureusement, j’ai trouvé une crème pour les mains sans parfum amen ! qui me convient très bien. Il s’agit de la crème Cicabiafine anti-irritations.

Mon dosage d’isotrétinoïne

En février, j’ai ressenti une grande lassitude physique mais surtout morale.

Beaucoup de gens autour de moi sont tombés malade (grippe, gastro,…), j’ai moi-même attrapé une pseudo grippe mais surtout je n’arrivais plus à me motiver au travail. Mes journées me semblaient interminables et je n’avais plus aucun entrain. Mon taux de triglycérides était trop élevé malgré un régime alimentaire raisonnable (peu de sucre, pas d’alcool).

Mon médecin m’a arrêtée quinze jours durant lesquels j’ai été voir ma dermatologue qui a diminué le dosage du traitement. Je suis donc passée d’un dosage de 30 mg/jour à 20 mg/jour.

Un mois après, mon taux de triglycérides est redevenu normal et mon moral est remonté en flèche. J’ai augmenté le dosage à 25 mg/jour et cela se passe bien.

Mes effets secondaires

Globalement j’ai ressenti peu d’effets secondaires mais voici une petite liste non exhaustive de ceux rencontrés depuis six mois :

  • Rougeur au visage
  • Intolérance au soleil (échauffements, épaississement de la peau, rougeurs)
  • Desquamation du cuir chevelu
  • Fortes courbatures
  • Baisse de moral et manque de motivation au travail
  • Perlèche
  • Taux de triglycérides élevés
  • Sécheresse des yeux
  • Eczéma sur les mains

Certains effets secondaires sont plus pénibles que d’autres mais je fais avec, pas le choix.

Pour éviter que mes triglycérides ne flambent, je fais extrêmement attention à ce que je mange. J’évite au maximum le sucre raffiné (bonbons, gâteaux, la vie quoi !).

Et mon acné, ça en est où ?

Depuis quelques mois, des personnes me disent « C’est mieux ta peau-là ! » « T’as plus du tout de bouton. » « T’as un beau teint ! »

Voilà les gentilles phrases de ma famille et de mes collègues. Bien sûr, j’ai l’œil trop plus critique sur ma peau et mes cicatrices d’acné mais globalement il y a une différence notable.

J’ai eu quelques boutons, des rougeurs concentrées sur une zone comme si un bouton allait apparaître… J’ai toujours mes cicatrices d’acné même si elles se sont beaucoup atténuées.

Je ne regrette pas d’avoir sauté le pas et de suivre ce traitement mais sincèrement je regrette d’une, d’avoir à le faire et de deux, de ne pas l’avoir fait il y a plusieurs années déjà.

Ce traitement n’est certainement pas la solution miracle puisqu’il traite les symptômes mais pas les causes. Pour autant, ça me change la vie au quotidien, soyons honnêtes !

Ma dermatologue m’a prévenue, je dois continuer ce traitement encore plusieurs mois. J’écrirai un article final environ un mois après la fin du traitement. En attendant, vous pouvez retrouver l’ensemble de mes articles sur le sujet :

No pain, no gain !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *