En ce sang versé d’Andréa H Japp

J’ai lu le roman En ce sang versé d’Andréa H Japp aux éditions Flammarion.

Andrea H. Japp est le pseudonyme de Lionelle Nugon-Baudon, auteure française et scientifique de renom, née en 1957.

L’œuvre

En ce sang versé est le second tome de la trilogie Les enquêtes de M. de Mortagne, bourreau. Il est publié en 2012 aux éditions Flammarion.

La trilogie se poursuit avec le roman La tour d’abandon.

L’histoire

L’histoire se déroule en l’an 1305 en Normandie. Hardouin cadet-Venelle dit Monsieur Justice de Mortagne, bourreau de son état, a belle réputation bien au-delà de son comté.

Henriette, la fille ainée et préférée du sous-bailli, Arnaud de Tisans, moniale à l’abbaye des Clairets, est retrouvée étranglée à la porte du monastère. Le sous-bailli fou de chagrin, demande l’aide du bourreau pour résoudre ce crime et retrouver le scélérat qui a tué son enfant chérie.

Ce que j’en ai pensé

Après avoir lu le premier tome de cette trilogie Le brasier de justice, j’avais très envie de poursuivre les aventures de ce bourreau attachant.

On retrouve Hardouin cadet-Venelle, bourreau de père en fils, sans espace temps entre la fin du premier tome et le second.

Hardouin a donc croisé à la fin du premier tome, la belle Mahaut de Vigonrin accusée d’empoissonnements. Or, cette dame ressemble d’une manière étrange à Marie de Salvin, brûlée au début du tome un.

Entre temps, le sous-bailli Arnaud de Tisans est au désespoir suite au décès de sa fille adorée, Henriette. Cette dernière était moniale dans la fameuse abbaye de Clairets dirigée par la mère abbessse, Constance de Gausbert.

Une fois de plus, l’auteure plonge le lecteur à cent pourcent dans cet univers moyenâgeux, aux confins de la Normandie, dans cet hiver glacial et très rude de l’an 1305.

M. Justice de Mortagne lut pour la millième fois sur les visages le même mélange d’émotions : dégoût envers lui et féroce curiosité pour la mise à mort annoncée par les crieurs de rues.

Un noble de haut ne se décollait pas tous les jours (…) Chacun y allait de supputations : messes noires, orgies, fornication avec des animaux. (…) Quelques-uns regrettaient à haute voix que le spectacle se limitât à une décapitation. Cependant, nul n’aurait boudé son divertissement.

La plume de l’auteure est fabuleuse car elle permet une réelle immersion dans cette époque lointaine. Andrea H. Japp a l’art de dérouler les enquêtes successives au fur et à mesure. Tout comme dans le premier tome, j’ai pris plaisir à lire mais aussi à apprendre et découvrir mieux cette période historique où la religion a une place primordiale.

Je n’ai jamais perdu pied, comme cela est parfois le cas dans d’autres romans historiques. J’ai aimé suivre et comprendre les aventures de tous les protagonistes.

Ce second tome donne une vision plus nette de ce qu’il pourrait se passer dans le dernier opus que je lirai avec beaucoup de plaisir, j’en suis sûre.

Et vous, avez-vous lu ce roman ou un autre de l’auteure ?