Ma vie de geisha de Mineko Iwasaki

J’ai lu le roman Ma vie de geisha de Mineko Iwasaki aux éditions Le livre de poche.

Mineko Iwasaki est une femme d’affaires japonaise née en 1949.

L’oeuvre

Ma vie de geisha a été co-écrit par Mineko Iwasaki et Rande Brown en 2002 sous le titre original Geisha, a life.

Il a été traduit et publié en France en 2003 aux éditions Michel Lafon.

L’histoire

Ma vie de geisha relate l’histoire vraie de Mineko Iwasaki. Son enfance, son parcours dans ce Japon des années 50-70 à Kyoto.

Ce que j’en ai pensé

Passionnée par l’Asie, ses coutumes et ses peuples, j’ai sauté sur ce petit roman d’occasion, un grand sourire aux lèvres à l’idée de me plonger dans cette histoire.

Masako, cette adorable petite fille silencieuse, rêveuse, passe le plus clair de son temps dans un placard à écouter le monde qui l’entoure, protégée du regard des autres.

Mon nom est Minoko. Ce n’est pas le nom que mon père m’a donné à ma naissance. Il m’a été attribué à l’âge de cinq ans, (…) par les Iwasaki, la famille de femmes qui a fait de moi une geisha.

Ce roman est un témoignage et une biographie très fine. J’ai adoré lire ces histoires d’okiya, de kimono, de danse, d’atotori. On pourrait croire que l’histoire se déroule dans des temps révolus alors que pas du tout puisque l’action se passe dans les années 50-70.

Dans mon pays, le Japon, il existe des quartiers consacrés aux arts du divertissement et au plaisir esthétique (…) on les appelle des karyukai.

Le destin de cette femme est hors du commun et la passion qui l’anime pour la danse, un véritable sacerdoce.

J’ai aimé ce roman car contrairement aux idées reçues les geikos ou geishas sont des professionnelles accomplies. Elles ne ménagent pas leurs peines et font de leur quotidien une course contre la montre. Les meilleures sont des vrais bourreaux de travail.

Chez nous, nous n’employons pas le mot geisha mais celui, plus précis, de geiko, qui signifie « femme qui excelle dans les arts ».

L’excellence qui ressort de leurs arts est tout simplement bluffant. J’ai été admirative de tous les choix opérés par cette jeune femme. J’ai ressenti un réel dépaysement à la lecture de ce roman et j’ai pris plaisir à m’immerger dans ce monde tellement à part.

Il est temps de lever le mystère qui plane autour de la vie des geishas. Je vous invite maintenant à me suivre dans le monde des fleurs et des saules.

Depuis longtemps, le monde des geishas m’intrigue et m’offusque à la fois. Une sorte d’attirance mêlée à une réprobation féministe. Pourtant, j’ai été réellement surprise par les propos tenus. Mineko Iwasaki est d’une part une féministe et d’autre part, une battante des droits des femmes.

Je conseille fortement cette lecture aux personnes curieuses ou intéressées par cette vie incroyable !

Avez-vous lu ce roman ? Qu’en avez-vous pensé ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *